EPI cryptographie

Dans le cadre de la semaine EPI, 4 classes de troisième (1-2-4 et 5) ont été mises en réflexion sur la cryptographie.

Base de départ : le film The imitation game de Morten TYLDUM, qui raconte l’invention par le mathématicien et cryptographe Alan TURING d’une machine permettant de décoder ENIGMA, le système de codage nazi pendant la seconde guerre mondiale.

En mathématiques, lettres, histoire et langues les élèves ont été immergés dans l’histoire et la pratique du codage. Un militaire du service de renseignement de l’Etat Major des armées est intervenu auprès de deux classes. Un civil travaillant dans le domaine du numérique auprès de deux autres.

Voici ce que Nasri, Zinedine et Louisa de 3è5 ont retiré de cette semaine :

« C’est une technique pour coder et décoder des messages.
Il y en a qui utilisent des chiffres
D’autres l’alphabet
D’autres des dessins
D’autres encore cachent leur code dans des textes, des livres…
Il faut souvent un système de clé, une grille ou des calculs pour arriver à décoder.

Pendant la Seconde guerre mondiale, les Allemands ont utilisé la machine ENIGMA pour transmettre des messages codés. Impossibles à déchiffrer sauf si on s’appelle Alan TURING, qu’on est grand mathématicien, cryptographe et qu’on invente une autre machine pour déchiffrer Enigma ! C’est l’ancêtre de l’ordinateur.

Le cryptage en temps de guerre comme en temps de paix sert à l’armée à transmettre un message sans que l’ennemi puisse le comprendre. Il permet d’avoir des renseignement sur la position de l’ennemi, son matériel, l’état des routes dans le secteur, les possibilités de repli.

« Un bon service de renseignements doit tout autant protéger ses secrets que découvrir ceux de l’ennemi »

De nos jours la cryptographie est encore utilisée sous de nouvelles formes pour de nouveaux usages. Les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes et ce risque doit être contré par les services de renseignements militaires ou de la police. Cela peut toucher des ordinateurs d’entreprises (piratage industriel), d’administrations mais aussi d’hôpitaux !

Dans notre vie quotidienne on utilise la cryptographie couramment: le mot de passe sur pronote, le code PIN sur notre téléphone. Pour la sécurité de nos données, il ne faut pas communiquer ou laisser traîner ses identifiants et mots de passe.Il faut aussi les changer régulièrement en utilisant pourquoi pas, une technique de codage pour ce codage ! »